La plaine

Passage par la rue Henri Bosco, et la redécouverte de ses mots à propos du Luberon :

«Tu es la patrie des saisons. En aucun lieu au monde elles n’offrent figures suivantes. Tu les prends au passage et tu en fais selon les jours, soit la douceur de la neige, soit la fureur des tempêtes d’automne, soit vergers d’amandiers en fleurs, soit le blé, soit la vigne sanglante ».

Laisser une Réponse